Souffrance au travail

"J'ai très mal au travail" : Christophe Dejours

Toutes nos vidéos ici

Les essentiels

Guide des droits pour les précaires de l'educ' nat
Guide d'indemnisation chômage
conditions de travail : tout ce qu'il faut savoir pour ne pas se faire avoir

Dossiers chauds

rejoignez les mobilisations en cours !

éducation populaire

Pensée alternative à la pensée unique (liens vidéos)

Participer au Blog

Vous voulez participer au Blog ?
Nous faire partager votre lutte ?

Exprimez-vous !!!
Cliquez ici pour plus d'infos.

S’abonner au Blog

   
 
Un flux RSS... Kezako ?!!
Cliquez ici pour plus d'infos.
Tous les articles du mois de février 2014

Collectif STOP TVA!

http://www.stop-tva.fr/wp-content/uploads/2013/12/Carte-Postale-TVA-jpeg.jpg

Nous voulons une fiscalité juste, solidaire et
écologique !

Pétition citoyenne ici

Samedi 8 février : journée nationale de mobilisation et de manifestations pour la justice fiscale

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a décidé une « remise à plat » de la fiscalité. Celle-ci commence bien mal avec une hausse de la TVA à partir du 1er janvier 2014. Cette décision est triplement inacceptable.

D’abord parce qu’elle va réduire le pouvoir d’achat en frappant bien plus fortement les classes populaires déjà asphyxiées par la crise.

Ensuite parce qu’elle est destinée à financer un cadeau aux entreprises, le « crédit d’impôt compétitivité emploi », pour un montant de 10 milliards d’euros en 2014 et de 20 milliards par la suite. Ce cadeau est accordé sans aucune contrepartie, soi-disant pour leur permettre d’améliorer leur compétitvité. En réalité, il s’agit d’un transfert de revenus au profit des détenteurs du capital, et au détriment des ménages.

Enfin parce que François Hollande a été élu en promettant qu’il n’augmenterait pas la TVA au contraire de Nicolas Sarkozy. Ce revirement est un déni de démocratie.

Au même moment le gouvernement français, obéissant aux banques, s’emploie à saboter la taxe Tobin sur les transactons fnancières proposée par la Commission européenne. Cette taxe sur la spéculation rapporterait pourtant plus de 10 milliards d’euros par an à la France !

Nous voulons une véritable réforme fiscale fondée sur la justice. Il faut commencer par annuler les hausses récentes de la TVA, car c’est un impôt injuste qui pèse très lourd sur les ménages modestes (près de la moité des recettes de l’État).

Les niches fiscales coûtent chaque année plus de 80 milliards d’euros à l’État, et profitent principalement aux ménages les plus riches et aux plus grandes entreprises. Elles doivent être remises en cause. La lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale (60 à 80 milliards d’euros par an pour la France) doit être renforcée. La progressivité de l’impôt sur les revenus doit être augmentée, en créant de nouvelles tranches supérieures, afin de réduire les inégalités. L’impôt sur les sociétés doit être réformé pour mettre fin au scandale d’un système qui permet aux grandes entreprises d’échapper à l’impôt !

Nous voulons que soit mise en place une vraie pollutaxe sur les activités industrielles et agricoles polluantes. Elle doit permettre de financer les alternatives pour les transports (rail, fret fluvial et maritime) au tout routIer pratiqué par les gouvernements successifs depuis des dizaines d’années.

Si ras-le-bol fiscal il y a, c’est contre la politique fiscale du gouvernement Hollande qui sert à financer des cadeaux au patronat et s’inscrit dans une politique d’austérité insupportable.

La fiscalité doit au contraire participer au financement des investissements publics indispensables aux services publics, aux besoins sociaux, de logements, à la transition énergétique et à la création d’emplois.

Mobilisons-nous pour une fiscalité juste, solidaire et
écologique !
Rendez-vous le 08 février pour une journée de mobilisatiion
et de manifestations dans toute la France !

A l’initiative de Solidaires, Attac, Fondation Copernic, UFAL,
Economistes atterrés, Femmes Egalité, Les Effronté-e-s, MNCP, Mpep,
Front de Gauche (PG, PCF, Ensemble, PCOF, GU, R&S), Résistance
Sociale, DAL…

Déchiffrage – Chômage, l’éternel retour ?

Magazine de l’économie d’ARTE;

Du mardi 4 février 22:40 au mercredi 5 février 00:00 sur Arte

‘Déchiffrage’ met en lumière et en débat les grands enjeux de l’économie avec les moyens du documentaire et la longue-vue du journal Alternatives économiques. Un deuxième numéro consacré à la question du chômage.

L’Europe compte aujourd’hui plus de 26 millions de chômeurs. Ce record signe un triple échec : économique, social et politique. Mais il remet aussi sur le devant de la scène de vieilles interrogations. Quelles sont les causes du chômage ? Faut-il l’imputer, comme le suggère la théorie aujourd’hui dominante, à un manque de flexibilité ou à un coût du travail trop élevé ? Pas plus que le progrès technique ou la mondialisation, ces explications ne rendent compte de la diversité des expériences européennes en la matière. En réalité, l’Europe est embarquée dans une crise qu’elle a elle-même aggravée par ses politiques d’austérité. Pour s’en sortir et faire réellement reculer le chômage, c’est à un nouveau régime de développement qu’il faut réfléchir. Pour certains, l’économie verte, qui consiste pour l’essentiel à remplacer des énergies non renouvelables par du travail humain, pourrait en être le pivot. Pour d’autres, c’est d’un nouveau partage du travail que viendra le salut.

Expertise et pédagogie

Déchiffrage convoque archives décalées, animations originales, entretiens et reportages pour rendre plus intelligibles les mécanismes du chômage de masse et les solutions qui pourraient lui être opposées. Conjuguant l’expertise et la pédagogie, l’explication et la provocation, il donne la parole à de nombreux spécialistes européens : Michel Aglietta, Philippe Askenazy, Peter Bofinger, Gerhard Bosch, Gilbert Cette, David Graeber, Andreu Misse, Bruno Palier, Mario Pianta… Ils nous emmènent de Malaga à Copenhague en passant par la vallée de la Drôme.

La critique TV de télérama

Diffusé en septembre dernier, le premier volet de la revue documentaire économique d’Arte était consacré à la croissance. Le deuxième — sur trois opus prévus à ce jour — s’attaque au chômage. Rappelant que « le chômage a aussi un effet délétère et pernicieux sur les gens en emploi, dont les conditions de travail se détériorent et qui se résignent ». Au moment où 10,9 % de la population active de l’Union européenne est touchée par le chômage, il est urgent de se pencher sur les diverses politiques à l’œuvre — et leurs effets — depuis des ­décennies pour tenter de l’endiguer.

Découpé thématiquement, nourri de saynètes drôlissimes d’animation et d’archives, riche de courbes (pas celles de François Lenglet !) et de brefs reportages, scandé par un commentaire décalé, le film réussit le tour de force de rendre accessible et attirant un lexique et un continent ardus. Sans céder à la simplification, en redonnant profondeur historique et exposition des approches antagoniques.

A l’heure du Pacte de responsabilité de François Hollande, de son choix d’une politique de l’offre, le balayage impertinent et expert par le film du « cadre dominant », qui impose, toujours plus, réduction du coût du travail, précarisation, flexibilité… malgré des résultats désastreux, est glaçant. Et désespérant, tant il montre l’obstination à ne pas sortir du cadre des politiques d’austérité, malgré les bataillons de chômeurs, de travailleurs pauvres, la ­désespérance sociale, le délitement du vivre ensemble.

 

Emploi, salaires, conditions de travail, progrès social

Tous ensemble le 6 février

Manif contre l’austérité

Toutes les raisons de revendiquer !

Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois, à la revalorisation du smic et à la hausse des salaires pour vivre mieux et relancer la croissance par la consommation des ménages

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir la carte interactive des manifestations

Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées. La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013… Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance.

Et c’est possible !

Diviser par deux les dividendes des actionnaires libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, permettrait de revaloriser le SMIC et le point d’indice dans les fonctions publiques. Cela créerait de l’emploi et garantirait le financement de la Sécurité sociale.

En ouvrant le débat sur le « coût du capital » pour répartir autrement la richesse produite, la CGT veut rétablir la vérité. Elle veut démontrer que ce qui coûte ce n’est pas le travail, c’est le capital. Aujourd’hui, en moyenne un salarié du privé travaille 45 jours par an pour payer leurs dividendes aux actionnaires.

La campagne sur le « coût du travail » orchestrée par le Medef ne vise qu’à culpabiliser les salariés et à permettre à une minorité d’accaparer les richesses produites par notre travail.

Pour changer de logique de développement, pour changer la donne, nous le savons, le monde du travail doit s’organiser se rassembler , s’unir et agir…

C’est pourquoi la CGT propose, dans l’unité la plus large, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public, le 6 février 2014. Sur les lieux de travail, agissons pour porter nos revendications et retrouvons nous nombreux pour manifester tous ensemble.

A Rennes, rassemblement devant l’ancienne préfecture, 3 rue Martenot à 12h
Organisations : CGT, FO, FSU, Solidaires

Carte des manifestations en Bretagne

Infos / Mémo :

Manifestations nationales interprofessionnelles contre la Loi Travail jeudi 9 juin 2016 (voir les rendez-vous de la semaine d'actions)

Les précaires de l'éducation nationale se rassemblent dès 11 h place Hoche

COORDINATION DES PRÉCAIRES DE L'ÉDUCATION EN GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL

RÉUNIONS DE LA COORDINATION les LUNDIS à 18H, au local de SUD éducation, 5 rue de Lorraine à Rennes quartier Villejean ( voir le plan)

Caisse de grève en ligne: https://www.tilt.com/tilts/caisse-de-greve-precaires-de-leducation-35


 

Jeudi 23 juin

Audience au Conseil des Prud'hommes de Rennes (2 rue des Trente) à 14h le 23 juin d'une vingtaine d'EVS pour la défense de leurs droits.

Merci de venir nombreux les soutenir.

IMPORTANT !



Soutenez le collectif EVS-AVS35 pour refuser la précarité et dénoncer le non respect des engagements de l’Éducation Nationale pour la formation du personnel !

Le grand réinventaire

L'abécédaire vidéo : Des films, à partir de mots-clés, de mots-sources, de mots-outils qui fondent notre vision commune, le croisement de nos regards, notre besoin d’humanité. Des films pour mettre en commun celles et ceux qui, du monde du travail, de la politique, des luttes associatives et syndicales, de l’économie, de l’éducation, de la santé, de la culture, acceptent de partager leurs engagements. Cliquez ici pour plus d'infos.

Catégories du Blog

Archives du Blog

Articles récents