juil
5

… ou pourquoi le gouvernement français, à l’image de toutes les politiques européennes néo-libérales destructrices et toujours menées sous les seuls arguments fallacieux de la dette et des déficits publics, nous conduit à toujours plus de moins-disant social et nous condamne à l’austérité perpétuelle…
…sauf à ce que chacun relève la tête et dise NON !
En illustration, le film CATASTROIKA qui cherche les conséquences de la liquidation totale de la Grèce.
Revisitant des exemples de privatisations dans des pays développés, CATASTROIKA essaie de prévoir ce qui va se passer si le même modèle s΄applique à un pays sous surveillance économique.

Catastroika sous titres francais par infowar
En ce qui nous concerne, nous les précaires de l’Education Nationale, comme pour tant d’autres travailleurs et privés d’emploi, il serait illusoire de penser obtenir plus que des aménagements à la marge concernant nos contrats et ne pas assister à la casse de nos services publics, tant que nous ne nous mobiliserons pas parallèlement et avec force pour dire « NON ! » à la réduction à marche forcée du déficit public et à la ratification du Pacte budgétaire prônée par le gouvernement Hollande !
C’est Jean-Marc Ayrault qui l’a dit : « le poids de la dette est devenu écrasant. L’État verse ainsi près de 50 milliards d’euros par an à ses créanciers. Cette somme représente la première dépense, juste devant le budget de l’Éducation nationale; elle est supérieure aux budgets de la recherche, de la justice et de la sécurité réunis. C’est inacceptable ! La dette, c’est moins d’écoles, moins de crèches, moins d’hôpitaux, moins de transports publics… » ( discours de politique générale, 02/07/2012).
Prenons-le aux mots et exigeons ensemble un référendum sur le traité d’austérité budgétaire pour ouvrir la voie, en France et en Europe, à un large débat sur les moyens de sortir de la crise ainsi qu’un appel aux peuples européens en faveur d’États généraux de la refondation de l’Europe, pour la libérer de l’austérité qu’impose la dictature de la finance.
Signez l’appel pour un audit de la dette ici
et signez la lettre ouverte à François Hollande pour un référendum sur le Pacte budgétaire ici
Pour en savoir plus

Quelques liens essentiels pour comprendre :
La politique du gouvernement va aggraver le problème de la dette publique
Lettre ouverte à François Hollande pour un référendum sur le Pacte budgétaire
Sortir du piège de la dette publique
François Hollande renie sa parole, les électeurs doivent être consultés
Sommet UE : « Seules les banques sortent victorieuses du sommet européen »
Rapport alternatif d’audit de la dette et des finances publiques
Pour un véritable audit !
Référendum et refondation de l’Europe
L’austérité n’est pas la solution pour échapper au piège de la dette

4 Commentaires pour “À l’origine de nos problèmes…”
  • Défendons la démocratie : une pétition à HOLLANDE!
    29 Juin 2012 Par netmamou (blog Médiapart)
    Cher(e)s ami(e)s,

    Les circonstances historiques graves et déterminantes que nous traversons imposent que chacun donne son analyse pour permettre enfin un débat.
    Je vous donne ci-dessous la mienne.

    Cordialement
    André Bellon

    ( NDLR: ajout de la pétition initiée par Attac , en fin de billet)
    J’ai été parlementaire pendant 12 ans. J’ai été membre, puis Président de la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale. J’ai vu la manière dont les dirigeants de toutes tendances utilisaient la stratégie du mensonge pour étouffer par avance toute résistance et ainsi faire passer peu à peu les dénis de démocratie. Ainsi, ils prétendaient que l’Acte unique de 1986 était un simple traité technique ; ainsi ils affirmaient que le traité de Maastricht ou la ratification de l’Organisation Mondiale du Commerce n’attentaient pas à la souveraineté populaire.

    Le même processus continue aujourd’hui
    . Avec les derniers traités (MES et TSCG dit Pacte budgétaire), les peuples et leurs élus, qui ont déjà été dépossédés des choix en matière monétaire par le traité de Maastricht, seront désormais dépossédés de tout pouvoir en matière budgétaire. Les nouvelles autorités françaises ont, certes, beaucoup parlé de renégociation du Pacte budgétaire, mais sans jamais évoquer les agressions qu’il contient contre les principes démocratiques.

    Bien qu’il contienne d’importants transferts de souveraineté, le nouveau traité en cours de ratification ne sera pas soumis à référendum. C’est la volonté du Chef de l’Etat qui partage avec les autres dirigeants européens le refus de tout risque de remise en cause. Une nouvelle fois, l’Union européenne se fait sans les peuples. Et contre eux.

    La démocratie est née progressivement du droit revendiqué par les peuples de contrôler le budget de l’État. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, adoptée le 26 août 1789 proclame, en son article XIV, que « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. » C’est ce droit fondamental que les dirigeants européens veulent aujourd’hui leur enlever.

    Il faut en finir avec un processus qui, de traité européen en traité européen, supprime méthodiquement les souverainetés populaires, dissout même les peuples sans jamais évidemment les consulter. Il faut dire stop aux irresponsables de Bruxelles qui traitent les citoyens et leurs élus d’irresponsables s’ils n’avalisent pas leurs errements. Les seuls critères qui dictent leurs « bons choix » sont des indices économiques qu’ils sélectionnent et utilisent pour justifier leur maintien aux affaires, soi-disant pour résoudre les crises qu’ils ont eux-mêmes créées.

    Les élus ne sont que les mandataires du peuple, les représentants des citoyens
    . Leur mandat ne leur donne pas le droit d’avaliser ces traités. Au nom des principes démocratiques et de la longue lutte historique du peuple français pour sa liberté dont ils sont comptables, je les appelle à les refuser et à faire partout appel au peuple, seul corps social légitime en la matière. Un moyen efficace permettrait de le faire : l’élection au suffrage universel d’une Assemblée constituante en France.

    LETTRE – PETITION à François HOLLANDE
    lancée par Attac et Copernic, que chacun(e) peut reprendre sur son blog pour diffusion

    http://www.france.attac.org/lettre-ouverte-francois-hollande-pour-un-referendum-sur-le-pacte-budgetaire

  • Intervention d’André Chassaigne suite à la déclaration de politique générale du gouvernement (la télé de gauche)
    Intervention d’André Chassaigne, député du Front de Gauche, lors de la session extraordinaire à l’Assemblée Nationale du 3 juillet 2012, au cours de laquelle Jean-Marc Ayrault, premier ministre, a présenté la feuille de route du nouveau gouvernement PS.

    On notera en visionnant la vidéo l’autisme et l’inertie concerté des socialistes libéraux quant aux propositions du député Chassaigne de mettre en œuvre un vrai référendum démocratique. Soumettre ce traité non pas à un référendum mais au parlement comme le souhaite le gouvernement serait une victoire des libéraux sachant que la majorité présidentielle de « gôche « et la droite qui est à l’initiative de ce traité merkozy valideront à coup sûr ce traité.


    Intervention d'André Chassaigne suite à la la… par laszlo_kovacs

    Un référendum sur l’Europe contre le risque de passage en force

    A lire dans l’Humanité de ce vendredi : le Front de gauche se mobilise pour un référendum sur le pacte budgétaire européen. une nécessité alors que le gouvernement planche sur les moyens dont il dispose pour faire adopter le plus rapidement les conclusions du Conseil européen, règle d’or comprise.

    Le Front de gauche a vivement réagi à l’information, révélée hier matin par le journal le Monde, selon laquelle François Hollande et Jean-Marc Ayrault envisageraient de faire voter les députés et les sénateurs dès le mois de juillet sur le traité Sarkozy-Merkel. « Ce passage en force, s’il avait lieu, serait inacceptable et contraire à l’un des engagements majeurs du candidat Hollande qui avait promis sa renégociation. Il est encore temps pour l’exécutif de se ressaisir et de ne pas se laisser imposer la règle d’or budgétaire, faite pour nous asservir aux marchés financiers », a réagi hier Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF.

    « Pratique banale »

    François Delapierre a également dénoncé « cette pratique devenue banale, inaugurée par Nicolas Sarkozy avec le traité de Lisbonne en 2007 ». « Si cela se confirmait, avec un vote précipité sans approbation populaire, cette décision donnerait une tonalité très négative à la mandature et renouerait avec le mois des “mauvais coups”, déplore le délégué général du parti de gauche.

    « euro-potiches »

    Déjà, mercredi, seules les voix du Front de gauche s’étaient élevées sur les bancs de l’Assemblée nationale pour dénoncer « la transformation imminente des membres de l’hémicycle en “euro-potiches” », selon l’expression du député PCF Alain Bocquet. Laurent Fabius a détaillé mercredi devant les parlementaires le pacte sur la stabilité budgétaire et sur la croissance, à la suite du sommet de Bruxelles des 28 et 29 juin. André Chassaigne, président du groupe Front de gauche, a vivement interpellé le ministre des Affaires étrangères, en exigeant la tenue d’un référendum. Il a par ailleurs clairement fait savoir que « les dix députés du Front de gauche ne voteront pas le traité européen ».

  • Faire voter les députés et les sénateurs en catimini dès le mois de Juillet, quand les français partent en vacances, loin qu’ils sont des préoccupations qui pourtant les concernent au premier chef, est bien la preuve que la méthode de gouvernement Hollande ne se distingue pas de celle du précédent gouvernement Sarkozy. Méthode anti-démocratique par excellence et au service de la finance. La conférence sociale menée en ce moment n’est que de l’enfumage puisque toutes les décisions prises sur le plan social seront verrouillées par ce traité austéritaire qu’ils veulent ratifier. Nous prenons le chemin de la politique menée en Grèce, sans que les français en prennent conscience. Aucun débat démocratique. Il faut se défendre au plus vite!

Poster un commentaire

Infos / Mémo :

Manifestations nationales interprofessionnelles contre la Loi Travail jeudi 9 juin 2016 (voir les rendez-vous de la semaine d'actions)

Les précaires de l'éducation nationale se rassemblent dès 11 h place Hoche

COORDINATION DES PRÉCAIRES DE L'ÉDUCATION EN GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL

RÉUNIONS DE LA COORDINATION les LUNDIS à 18H, au local de SUD éducation, 5 rue de Lorraine à Rennes quartier Villejean ( voir le plan)

Caisse de grève en ligne: https://www.tilt.com/tilts/caisse-de-greve-precaires-de-leducation-35


 

Jeudi 23 juin

Audience au Conseil des Prud'hommes de Rennes (2 rue des Trente) à 14h le 23 juin d'une vingtaine d'EVS pour la défense de leurs droits.

Merci de venir nombreux les soutenir.

IMPORTANT !



Soutenez le collectif EVS-AVS35 pour refuser la précarité et dénoncer le non respect des engagements de l’Éducation Nationale pour la formation du personnel !

Le grand réinventaire

L'abécédaire vidéo : Des films, à partir de mots-clés, de mots-sources, de mots-outils qui fondent notre vision commune, le croisement de nos regards, notre besoin d’humanité. Des films pour mettre en commun celles et ceux qui, du monde du travail, de la politique, des luttes associatives et syndicales, de l’économie, de l’éducation, de la santé, de la culture, acceptent de partager leurs engagements. Cliquez ici pour plus d'infos.

Catégories du Blog

Archives du Blog

Articles récents